L’art d’écrire une chanson Comment dompter l'inspiration ?

La chanson. Gainsbourg la considérait comme un art mineur, un ersatz de poésie, à la portée du premier imbécile venu. Si cette déclaration tenait davantage d’une rancune tenace à l’égard de Guy Béart que d’une conviction profonde, on peut toutefois se poser la question : la chanson est-elle vraiment à la portée du plus grand nombre ? Ne s’agit-il pas avant tout d’inspiration ?

L'inspiration musicaleComposer est un exercice difficile. Il recourt à l’inspiration qui elle-même semble indéfinissable et insaisissable, comme une muse capricieuse et volubile. D’ailleurs, quand l’inspiration daigne vous offrir le fruit d’un long travail d’attente et de tentatives douteuses, elle vous rappelle que ce que vous venez d’écrire ne vous appartient pas totalement.

Si vous avez déjà écrit une chanson, ou tenté de le faire, vous saisissez probablement mon propos. On peut passer des heures devant une page blanche, derrière un clavier ou une guitare et être totalement improductif. Et lorsque vous ne l’attendez plus, l’inspiration se manifeste tout à coup, sans qu’on s’y attende.

Il m’est arrivé nombre de fois d’écrire une mélodie et d’être convaincu qu’elle existait déjà, comme si elle m’avait été soufflée à l’oreille. Le mot « inspiration » vient du latin inspiratio  qui signifie « souffle » et « haleine ». Avez-vous remarqué que nous parlons toujours dans la phase d’expiration de notre respiration ? Ainsi, les Anciens pensaient que l’ont parlait durant l’expiration car l’inspiration servait à trouver ses idées.

Au 17e siècle, on la définissait ainsi : « mouvements de l’âme dus à une influence divine ». Si l’inspiration nous apparait parfois comme étrangère à nous-mêmes, c’est qu’elle est de l’ordre de l’instinct. Et c’est toute la souffrance du compositeur, de l’écrivain et tous les créatifs en général.

Où aller puiser l’inspiration ? Car, de fait, nous n’inventons rien, nos productions ne sont jamais que la somme de nos influences. Artistiquement, on ne fait que mélanger savamment les ingrédients que nous avons reçu tout au long de notre vie.

“La composition est l’art le plus important en musique. Vous n’avez pas d’enregistrement sans chanson.”

Bruce Roberts. Compositeur & Musicien.

S’abandonner pour être inspiré

Quand on recherche trop l’inspiration, il arrive qu’elle ne se présente pas. Il m’arrive de m’installer à mon bureau, de chercher des thèmes et mélodies de chansons, un logo ou un sujet d’article et de passer des heures sans être véritablement productif.

Je réfléchis, je travaille mais mes idées sont pauvres car je suis dans le contrôle. Le projet que l’on doit rendre dans un temps imparti génère un stress qui nous empêche parfois de nous abandonner totalement.

La créativité dépend des fulgurances, ça ne fonctionne pas sur commande mais quand on s’abandonne. Il faut créer, sans se soucier de là où tout ça finira, écrire coûte que coûte, dessiner, jouer jusqu’à ce que votre conscience baisse la garde.

La crainte que l’inspiration s’épuise

Quand un artiste dit qu’il n’a pas vraiment de talent, ce n’est pas de la fausse modestie. Il est simplement conscient de ne pas être doué pour accomplir quelque chose sur commande. Créer sans qu’une thématique ne soit imposée est beaucoup plus accessible, puisqu’il suffit de se laisser porter lorsque l’inspiration se présente. Inutile d’essayer de la diriger.

En règle générale, réussir quelque chose augmente la confiance en soit, mais avec les idées c’est plutôt l’inverse. Un client vous contacte suite à l’un de vos précédents travaux et vous demande de réitérer l’exploit d’il y a quatre ans … compliqué, n’est-ce pas ? À chaque bonne idée, tout devient plus compliqué, parce qu’une bonne idée est difficile à répéter.

Il m’arrive de lire un texte que j’ai écrit, de revoir un de mes dessins ou  logos, de me pencher sur une de mes mélodies et de me dire : j’ai fait ça, moi ? Non pas que j’estime ce que j’ai fait exceptionnel, mais plutôt parce que certains de mes travaux m’échappent et semblent me dépasser. À tel point que je me sens incapable de reproduire tel ou tel succès. Et puis, finalement, j’y arrive une fois de plus. Résonne alors dans ma tête cette petite phrase : « jusqu’à quand ? »

Finalement, je me suis rendu compte, l’âge aidant, que l’inspiration se façonne, qu’elle s’aiguise avec le temps. Un musicien ou un athlète s’entraine chaque jour, pourquoi cela serait-il différent pour un artiste ?

Ne cherchez pas trop loin

L’oeuvre unique. Nous sommes tous en quête de ce travail original qui nous différenciera à tout jamais et lancera votre carrière. Nous aimerions inventer, créer une nouvelle tendance musicale, graphique ou autre.

Je pense qu’il est bon de viser le plus haut possible, cependant le perfectionnisme est souvent destructeur. Il anéantit votre travail et détruit vos certitudes. J’ai longtemps laissé mes chansons dans un tiroir. Rien n’était suffisamment bon. Je jugeais avec la même férocité le travail des autres d’ailleurs. Pourtant, les meilleures histoires sont celles qui vous entourent.

Celui qui fait de la musique pop ne cherche pas à inventer de nouvelles histoires, il cherche à raconter la même histoire d’une façon intéressante. Quand on écoute une chanson, on ne se dit pas « Tiens, il chante l’amour, personne n’avait encore osé ». L’humanité chante l’amour depuis toujours. Un livre entier de la Bible y est consacré.

Finalement, pour qu’une chanson rencontre son auditoire, j’en reviens à une des règles de marketing que je présente à mes clients régulièrement : connaitre son audience ! Si vous savez pour qui vous écrivez, vous arriverez plus facilement à toucher les émotions et à faire dire à celui qui vous écoute : « jamais personne n’avait réussi auparavant à me faire ressentir cela » ou « il parle à mon coeur ».

Si Sinatra, Brel, C. Jérome ou encore Black M ont parlé d’amour, ils l’ont fait dans des registres différents, avec des intentions différentes et auprès d’un public différent. Ecrire une nouvelle chanson, c’est donner une apparence différente à une scène déjà familière.

Et puis, si finalement il suffisait juste de s’y mettre. Délaissez vos a priori sur vous-mêmes, sur votre travail et lâchez prise. Faites-nous danser, rire, pleurer comme vous seul pourrez le faire !

Stéphane Torregrosa

Compositeur, rédacteur et webmarketeur, spécialisé en Content Marketing. Je partage ici tout ce que je ne peux livrer là-bas.

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *